La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


lundi 17 juillet 2017

L’opération héroïque d’al-Quds : le défi lancé à l’entité coloniale


L’opération héroïque menée par trois combattants palestiniens de la famille Al-Jabbarin, des territoires occupés en 48, dans la ville d’al-Quds, aux portes de la mosquée al-Aqsa, est un nouveau défi lancé à l’occupant. D’abord, les combattants palestiniens sont venus de la ville d’Umm al-Fahem, située dans l’entité coloniale, et de ce fait, ils détiennent des cartes d’identité « israélienne ». Ils ont attaqué les policiers sionistes avec des armes de fabrication locale, les Karlo, « l’arme du pauvre », que des centaines d’ateliers en Palestine occupée peuvent fabriquer. Les trois combattants, Mohammad et Mohammad et Ahmad Al-Jabbarin, âgés entre 19 et 30 ans, ont réussi à se faufiler, avec leurs armes, jusqu’à la mosquée al-Aqsa, malgré les dispositifs sécuritaires de l’occupant, jugés comme étant les plus sophistiqués dans le monde, et bien que la ville d’al-Quds soit considérée comme étant la ville la plus « sécurisée » dans le monde. Il faut rappeler que les sionistes interdisent l’accès à la mosquée al-Aqsa, aux Palestiniens âgés de moins de 40 et parfois 50 ans, qu’ils viennent des territoires occupés en 48 ou 67, et que les caméras installées par les sionistes dans toute la ville, et notamment dans la vieille ville et aux alentours de la mosquée, surveillent à longueur de journée les allées et venues des Palestiniens. Malgré tous ces dispositifs, les combattants palestiniens ont donné une claque, et une grosse, aux forces sécuritaires de l’entité coloniale.

Le défi polilique adressé à l’occupant, à l’autorité palestinienne et aux Etats arabes normalisateurs avec l’occupant, n’est pas moins importante. C’est également un message à tous les Palestiniens qui attendent les « solutions » internationales, ou qui comptent sur les déclarations sempiternelles des Etats européens ou autres, affirmant qu’elles sont contre l’occupation et contre la colonisation, pour la « solution des deux Etats » ou autres balivernes. A l’occupant, le message est clair : Al-Quds est une ville arabo-musulmane, la judaïsation en cours ne peut être que passagère, car tant que le peuple palestinien vit, il résistera et la ville reviendra à son histoire, à sa civilisation, à son peuple et à sa nation. Malgré les apparences, du fait des rapports de force défavorables aux Palestiniens, aux Arabes et aux peuples libres dans le monde, il suffit d’une seule opération pour remettre en cause tous les projets concoctés par les puissances étrangères. Car si une opération de la résistance a eu lieu et a frappé fort, d’autres opérations peuvent survenir et frapper aussi fort. Les mesures sécuritaires de l’occupant, même soutenu par des alliés aussi puissants que les Etats-Unis, n’ont jamais réussi à stopper les actes de la résistance. Depuis octobre 2015, l’Intifada al-Quds que mène le peuple palestinien n’a pas fini de surprendre les stratèges de tous bords, de par son caractère spontané, général et particulier à la fois, et sa capacité à surprendre l’ennemi là où il s’attend le moins. Ni élitiste, ni dirigée, mais fermement ancrée dans la conscience palestinienne, qui renoue avec un passé résistant où les armes à feu ou autres expriment le devoir et le seul choix qui reste, face à une machine meurtrière qui broie la Palestine et les Palestiniens.

L’opération héroïque a adressé un message à l’Autorité palestinienne, lui reprochant de ne pas savoir protéger al-Quds et la mosquée al-Aqsa, mais au contraire, de poursuivre l’alliance sécuritaire avec l’ennemi, au détriment des lieux saints et des intérêts du peuple palestinien. Elle a également adressé un message à tous les normalisateurs, arabes et musulmans, qui poignardent le peuple palestinien, en tendant la main aux criminels sionistes et à leurs amis. Les initiatives de normalisation avec l’occupant se sont accentuées ces derniers temps, encourageant l’occupant colonial à poursuivre ses crimes : que ce soit en Tunisie qui compte recevoir le sioniste Boujenah, ou en Arabie saoudite, qui compte mettre en place une ligne aérienne directe entre « Israël » et l’Arabie saoudite, ou en Turquie, qui assiste à une reprise forte des relations commerciales avec les sionistes, ou dans d’autres pays arabes qui vivotent de l’aide occidentale, accordée avec des conditions précises, dont la normalisation des relations avec l’entité coloniale en Palestine.

L’opération héroïque dans al-Quds, aux portes de la mosquée au-Aqsa, qui a réussi à tuer deux soldats de l’occupant, est un message à tous ceux-là : la mosquée al-Aqsa appartient aux musulmans, elle doit demeurer sous la souveraineté musulmane, les juifs n’ont aucun droit sur ce lieu. Ils doivent s’en aller. Sinon, la résistance armée, soutenue par le peuple palestinien, et par les peuples arabes et musulmans, et tous les libres de ce monde, saura les faire partir.

C’est aussi le message adressé par le communiqué publié par les mouvements du Jihad islamique en Palestine et du Hamas, ce lundi 17 juillet, qui met en garde l’occupant contre toute mesure de judaïsation de la mosquée, 4 jours après sa fermeture et après l’installation de barrières électroniques à ses entrées. Dans ce communiqué, les organisations islamiques de la résistance affirment que la mosquée al-Aqsa constitue une « ligne rouge »,  non pas à la manière de la « ligne rouge » du régime jordanien, qui a dénoncé l’opération de la résistance dans al-Quds, mais une « ligne rouge » qui signifie que la résistance pourrait riposter d’une manière autrement plus efficace. Le communiqué appelle à cesser toutes les mesures sionistes, au retour de la souveraineté de la mosquée au département des Awqaf et à l’arrêt immédiat des profanations de la mosquée. Sinon, la résistance aura son mot à dire, et l’occupant devra supporter toutes les conséquences de son agression contre la mosquée al-Aqsa. Le communiqué appelle la nation, ses ulémas et ses prédicateurs à soutenir la mosquée al-Aqsa, car il s’agit d’un devoir prioritaire. « La nation devra assumer son rôle, faire pression sur ses gouvernements pour cesser toute normalisation avec l’occupant », et isoler l’entité sioniste dans le monde, car « toute relation avec l’occupant est illicite ». Toucher à la mosquée al-Aqsa et la profaner, officiellement et officieusement, ne peut passer ainsi, sans riposte. Tel est le message de la résistance.

Fadwa Nassar
Lundi, 17 juillet 2017