La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


mercredi 31 mai 2017

Un petit coup de déprime à lire avec optimisme sinon leur honte va nous retomber dessus


Par Hedy Belhassine

La tournée orientale de Donald Trump va modifier la face du monde arabe. Sauf improbable impeachment, la nouvelle doctrine américaine aura des conséquences d'une ampleur majeure car le discours de Riyad devant un parterre de chefs d’État et de gouvernement musulmans sera la feuille de route de l'administration US pour les prochaines années. Il convient donc de s'y attarder en se souvenant que celui d'Obama au Caire en juin 2009 avait été un encouragement clair aux soulèvements des « printemps » qui suivirent.

Oh my God & good business ! Un Donald ça ose tout, c'est même à ça qu'on le reconnaît. Pour sa première sortie internationale, il a fait fort : Arabie, Israël, le Vatican. Évidement, on est tenté d'ironiser sur la tournée spirituelle du barnum en levant les yeux au ciel. Le sentiment religieux était magistralement incarné par Trump le père flanqué de ses deux émouvantes apôtresses en cheveux en Arabie, en pleurs à Jérusalem, en noir au Vatican, Trump a réduit l'équation complexe de l'Orient à quelques idées simples et simplistes à la façon des mercantis de Brooklyn : on provoque, on menace, puis on transige en feignant d'être magnanime. Il y a encore quelques semaines les pourparlers entre Washington et Riyad piétinaient ?

Alors la Maison Blanche a mis la pression en refoulant quelques musulmans de nationalités subitement interdites. Stupeur et consternation des Saoudiens ! Et si demain l'Arabie étaient mise au ban ? Et si l'Amérique dénonçait les massacres au Yémen, le financement de Daech et Al Qaïda, les atteintes aux droits fondamentaux de l'être humain ? Et si elle abandonnait son protectorat militaire et pétrolier ? Si elle privait le royaume de Mc Do, KFC et Coca Cola ? Après avoir rapidement réfléchi, les Saoudiens ont convenu qu'ils n'avaient pas le choix. Face à un maboul imprévisible, il fallait faire le dos rond. Les négociations ont été menées par Monsieur gendre, juif pratiquant et sioniste fervent. En face, les plénipotentiaires du roi n'ont eu d'autres choix que d'avaler toutes les couleuvres en se remémorant l'un des slogans de la campagne présidentielle: « les Saoudiens paieront » quand le roi Salman s'était ouvertement et pécuniairement engagé en faveur d'Hilary Clinton.

The Big Deal Sans barguigner les Saoudiens ont accepté de payer une addition salée de 380 milliards ! Ce montant est fabuleux. C'est pour l'Arabie, l'équivalent de quatre années de revenus pétroliers. Le roi n'a pas eu d'autre choix que d'accepter cette razzia. C'était ça ou la disparition de la dynastie des trancheurs de cous. Conciliante, l'Amérique pourtant, fera semblant d'oublier que 15 des 19 assassins de 3 000 New-Yorkais du World Trade Center étaient des sujets saoudiens ; pour un temps la Justice Against Sponsors of Terrorism Act (Jasta) regardera ailleurs. Ce répit est le prix du sang. La transaction va créer des milliers et des milliers d'emplois en Amérique ; elle va aussi provoquer des années d'austérité budgétaire chez les Saoudiens qui seront contraints de brader la privatisation de l'Aramco, première entreprise mondiale valorisée à plus de 3 000 milliards de dollars. D'autre big deals en perspective... La seule concession en trompe l'oeil de Washington est l'Iran. Qu'à cela ne tienne, les États Unis ont promis de reprendre leur propagande iranophobe (tout en maintenant leurs liens discrets). La stigmatisation de l'Iran présente entre autres avantages de justifier la commande d'une première tranche de 110 milliards de dollars d'armement par l'Arabie (montant record jamais égalé dans le monde) et d'éviter une trêve entre sunnites et chiites qui affaiblirait Israël. Le pouvoir de Téhéran qui venait d'être reconduit très démocratiquement ne s'y est pas trompé ; assimilant la tactique de Trump en Arabie à celle d'un représentant de commerce il a modérément protesté critiquant la vache à lait saoudienne qui se laisse traire avant d'être égorgée.

Ya salam ! Salman Melania et Yvenka ? Le voyage à Riyad avait été mitonné aux petits oignons par de grands chefs de la communication planétaire. Arrivé flanqué de son épouse et de sa fille, toutes deux superbement enrobées et crinières déployées, Trump a été accueilli par le roi et sa cour au grand complet. L'image resplendissante de Melania et de Yvenka toisant le roi des obscurantistes a fait le tour du web immédiatement. Les Saoudiens qui sont les plus branchés de la planète se sont déchainés sur les réseaux sociaux. On raconte même que dans les casernes, des soldats lubriques ont affiché au mur le journal du jour avec la photo incroyablement libertine de ces deux femmes impudiques, exhibant fièrement leur visage, leurs chevilles et leurs mains totalement dénudés ! À la vue de ces images, les wahhabites ont compris que leur roi faisait allégeance au suzerain américain. Après un banquet et quelques simagrées folkloriques avec son vassal, Trump a convoqué les 5 émirs des pétromonarchies du Golf pour leur faire la leçon. Puis il a adressé un message à la cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement accourus la veille avec empressement. Dans les sommets diplomatiques de ce genre, il est d'usage que chacun prenne la parole à tour de rôle, mais à Riyad, fait sans précédent, le Président seul et unique orateur a harangué un parterre muet de représentants de pays soumis. Venu délivrer son message universel aux musulmans sunnites, Trump s'est comporté en Pape de toutes les religions.

Le discours urbi et orbi L'audition ou la lecture de la transcription de cette allocution de 58 minutes a plongé les diplomates de toutes les chancelleries dans une profonde perplexité. Comment analyser ce galimatias de phrases à la syntaxe approximative, pauvre en vocabulaire, riche en formules creuses. Comment trier l'important du superficiel ? Les dirigeants musulmans assis dans la gigantesque et luxueuse salle de conférence ont écouté sagement, la mine perplexe ou consternée. Ils ont applaudi modérément.

Aucun d'entre eux ne s'est levé pour crier « je vous aime ! » comme jadis un étudiant du Caire à Obama. Après avoir débité une introduction d'autosatisfaction – à l'adresse du public américain - vantant les milliards de commandes engrangés, le President Trump s'est adressé aux musulmans sur un registre simpliste et redondant autour de deux mots : Dieu et terroristes. Florilèges : « C'est un combat entre Dieu et le Diable, entre la paix et le terrorisme... L'Amérique ne peut pas choisir à votre place.... Chassez les terroristes, chassez les hors de votre terre sacrée...Chaque pays de cette région a l'absolu devoir de s'assurer qu'il n'y a aucun sanctuaire pour les terroristes sur son sol... Si vous choisissez le chemin de la terreur, votre vie sera vide, votre vie sera courte et vous perdrez votre âme » La menace était enveloppée dans un flot de compliments adressés aux uns et aux autres pour leurs efforts dans la lutte contre le terrorisme. Comble de la duplicité au pays des hypocrites, il a félicité l'Arabie « qui a pris des mesures fortes contre les Houthis au Yémen » (28 mois de bombardements quotidiens, des dizaines de milliers de victimes civiles, une économie ravagée, un peuple affamé décimé par les épidémies ...) Trump a aussi annoncé la création en Arabie d'un Centre Mondial de la lutte contre l'idéologie extrémiste. C'est l'union des assassins pour la protection de leurs victimes. Il fallait oser !

La diplomatie money cash Trump est inculte, vulgaire et grossier mais c'est une businessman de métier qui vient de réussir la plus belle transaction commerciale de tous les temps. La diplomatie d'affaires a pris le pas sur la diplomatie d'influence salafiste. C'est une option décalée appelée à remporter d'autres succès au Moyen-Orient si les formes sont respectées et que les perdants ne sont pas humiliés. Après avoir encaissé le chèque des Saoud, Trump a inauguré la liaison aérienne Riyad-Tel Aviv où il s'est posé avant d'aller se lamenter en famille devant le mur de Jérusalem. Oh my God ! Sa cote de popularité a bondi aux Etats-Unis alors que les dents de tous les intégristes musulmans grinçaient. Il a rencontré abondamment les Israéliens et pour faire bonne mesure, il est aussi allé voir les Palestiniens à Bethléem ville emmurée.

Aux colonisés dans leur propre pays, il a sentencieusement déclaré « faire la paix ne sera pas facile... mais avec de la détermination et de la conviction les Israéliens et les Palestiniens peuvent conclure un accord » Publiquement il n'a pas eu un mot pour les milliers de prisonniers palestiniens en grève de la faim depuis le 17 avril pour obtenir des conditions de détention décentes. Mais selon Le Monde, journal très informé, son influence aurait été déterminante pour faire fléchir les Israéliens contraints d'entamer des négociations avec Marouane Barghouti quelques heures après le départ du Président Américain. Piquer les sous aux Saoudiens, défendre les prisonniers palestiniens, décidément, le bilan de la tournée Trump n'est pas si détestable !