La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


mardi 23 mai 2017

Bahreïn: la police tire sur un rassemblement, un mort, des blessés

Manifestation anti-gouvernementales de Bahrein à Qadam, au Bahrein, le 25 novembre 2011

Un manifestant a été tué mardi par la police bahreïnie alors qu'elle intervenait dans le village du chef spirituel des chiites, cheikh Issa Qassem, pour démanteler un sit-in des ses partisans, a indiqué une ONG bahreïnie.
Dans un communiqué, le Bahrain Institute for Rights and Democracy (BIRD), basé en Grande-Bretagne, a annoncé "la mort tragique d'un manifestant pacifique dans la répression" par la police de ce sit-in à Diraz, près de Manama.
Selon des témoins, les tirs des forces de sécurité ont également fait des blessés.
Le ministère bahreïni de l'Intérieur a annoncé une opération dans le village de Diraz pour y démanteler un sit-in observé depuis plusieurs mois par les partisans de cheikh Issa Qassem, qui vient d'être condamné à un an de prison avec sursis pour collecte illégale de fonds et blanchiment.
Ce lieu est "devenu un refuge pour des personnes recherchées pour des questions de sécurité et fuyant la justice", a ajouté le ministère dans un bref communiqué publié par l'agence officielle Bna.
"La police a procédé à l'arrestation de plusieurs personnes recherchées", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un tweet précisant que l'opération, entamée le matin, se poursuivait en milieu de journée.
La police a fait usage de bombes lacrymogènes et tiré à la chevrotine contre les protestataires, qui lançaient des pierres et des cocktails Molotov contre les forces de sécurité, selon les témoins.
D'après des habitants, les forces de sécurité ont complètement isolé le village avant d'entamer leur opération.
Des partisans de cheikh Issa Qassem tiennent un sit-in permanent à Diraz depuis que ce dignitaire a été déchu de la nationalité bahreïnie en juin dernier après avoir été accusé par le ministère de l'Intérieur d'avoir "abusé de sa position pour servir des intérêts étrangers (...) et incité au conflit entre les confessions et à la violence".
Le petit royaume de Bahreïn, siège de la Ve Flotte des Etats-Unis, est secoué par des manifestations sporadiques depuis la répression en 2011 d'un mouvement de contestation animé par la majorité chiite, qui réclame depuis plusieurs années une véritable monarchie constitutionnelle à la dynastie sunnite.
Les autorités de Bahreïn nient toute discrimination envers les chiites et dénoncent régulièrement des "ingérences" de l'Iran chiite dans leurs "affaires intérieures".
Cette opération intervient après une visite à Ryad du président américain Donald Trump, pendant laquelle il a rencontré le roi de Bahreïn.
Lors de sa visite, M. Trump a évité d'évoquer la question des droits de l'Homme dans les pays préférant s'en prendre violemment à l'Iran, accusé d'attiser les conflits dans la région.