La phrase

"Extirper le sionisme de Palestine" (Al Faraby)


mardi 25 avril 2017

Raids turcs en Syrie et en Irak: plus de 20 combattants kurdes tués

Des combattants des Unités de protection du peuple kurde (YPG), le 25 avril 2017 sur le site de frappes turques près de la ville syrienne d'Al-Malikiyah, proche de la frontière turque (afp)

La Turquie a mené mardi des raids aériens en Syrie et en Irak qui ont tué plus de vingt combattants de forces kurdes impliquées dans la lutte antijihadistes et soutenues par les Etats-Unis.
L'attaque en Syrie, lancée contre les Unités de protection du peuple kurde (YPG) dans le nord-est du pays en guerre, est l'une des plus meurtrières menées dans ce pays par la Turquie qui qualifie de "terroriste" cette milice.
Elle est intervenue au lendemain de l'entrée des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde composée en grande partie de membres des YPG, dans la ville de Tabqa, un verrou sur le chemin vers Raqa, capitale de facto du groupe Etat islamique (EI) en Syrie.
Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), 18 personnes ont péri dans les frappes turques près de la ville syrienne d'Al-Malikiyah, proche de la frontière turque. "Quinze combattants des YPG et trois membres d'un centre de médias ont été tués".
Les raids nocturnes ont visé "une base qui abrite un centre de communication pour les médias et des installations militaires", selon les YPG.
Le journaliste de l'AFP sur place a vu des bâtiments effondrés et des secouristes fouillant les décombres.
La branche politique de cette milice a posté des photos sur Twitter montrant un militaire portant un uniforme de l'armée américaine marchant au côté de combattants kurdes, en précisant qu'il visitait les lieux de l'attaque.
Dans leur offensive pour reprendre Raqa lancée en novembre, les FDS sont soutenus dans les airs par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et au sol par des conseillers militaires américains.
"Il est impensable que nous combattions sur un front aussi important que Raqa et qu'au même moment les avions turcs nous attaquent", a dit à l'AFP un commandant de la milice kurde des YPG.
"Nous demandons à la coalition d'intervenir pour faire cesser les violations turques et l'appui indirect de ce pays à Daech", acronyme arabe de l'EI, a-t-il ajouté, joint par téléphone.
Pour sa part, Redur Khalil, le porte-parole des YPG, qui effectuait une visite avec un officier américain sur le lieu de l'attaque, a affirmé au journaliste de l'AFP que la coalition avait une "énorme responsabilité et doit assumer ses devoirs de protéger cette zone, car nous sommes partenaires dans la lutte contre l'EI".
La Turquie considère les YPG comme un allié du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, séparatistes kurdes turcs), sa bête noire. Elle affirme vouloir travailler avec ses alliés, mais sans les YPG, à la reconquête de Raqa.
Pour Sinan Ulgen, président du Center for Economics and Foreign Policy basé à Istanbul, "il n’y aura pas de grandes manœuvres avant la rencontre Erdogan-Trump. C'est à la lumière des résultats de cette rencontre que la suite des choses sera décidée", a-t-il dit en allusion à l'entretien prévu mi-mai entre les présidents américain Donald Trump et turc Recep Tayyip Erdogan.
En Irak voisin, l'armée de l'air turque a mené un raid contre des groupes armés locaux qui seraient liés au PKK mais a apparemment tué par accident six membres des forces kurdes irakiennes (peshmergas), selon ces dernières.
La frappe turque menée dans la région du Sinjar (nord-ouest) est "inacceptable", ont dénoncé les peshmergas.
L'armée turque a confirmé des raids en Syrie et en Irak, qui visent selon elle à "détruire des repaires des terroristes ciblant notre pays". "Les opérations vont se poursuivre jusqu'à la neutralisation du dernier terroriste".
M. Erdogan a toujours répété qu'il "ne permettrait pas que Sinjar devienne un second Kandil", base arrière du PKK en Irak, à la frontière avec la Turquie.
Sur un autre front en Syrie, douze personnes dont cinq civils et deux rebelles ont été tuées dans des raids aériens contre le village rebelle de Douwaylé dans la province d'Idleb (nord-ouest), a indiqué l'OSDH.
Un premier raid, vraisemblablement russe, a frappé Douwaylé, a dit le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. "Puis une seconde escadrille a frappé près d'un dispensaire à Kafr Takharim, à l'arrivée du convoi transportant les victimes de Douwaylé. La frappe a mis hors service la clinique".
Il s'agit de la deuxième structure médicale bombardée en quatre jours dans la province d'Idleb.
La province d'Idleb, contrôlée par des rebelles et des jihadistes, est régulièrement bombardée tant par l'aviation syrienne.